États-Unis : La mise en accusation de Donald Trump est effective

Après plusieurs heures de débat, la chambre des représentants sous la direction de la démocrate, Nancy Pelosi arrive a voté en séance plénière à 230 voix pour et 197 contre l’acte qui accuse formellement Donald Trump d’entrave au Congrès et abus de pouvoir.

« Je n’ai rien fait de mal ! »: le milliardaire républicain, qui est devenu le troisième président des Etats-Unis à subir un « impeachment », s’est une nouvelle fois posé en victime d’une chasse aux sorcières orchestrée par une « gauche radicale » qui n’aurait pas digéré sa victoire surprise de 2016. 

Donald Trump qui est actuellement à la recherche une nouvelle fois l’investiture républicaine pour la présidentielle de novembre 2020 aux États-Unis doit d’abord passer par un procès en janvier devant le Sénat, où les républicains sont majoritaires et pourront faire obstacle à la procédure.

Avant Donald Trump, seuls Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998 avaient subi une telle avanie. Le républicain Richard Nixon, empêtré dans le scandale du Watergate, avait préféré de démissionner en 1974 avant une destitution certaine.

Soulignons qu’aucun des deux présidents des États-Unis ayant frappé par cette procédure (impeachment) n’a été destitué.

%d blogueurs aiment cette page :