Cliquer pour écouter la Radio 
                         Cliquer pour écouter la Radio 

Haïti/Des producteurs de la Vallée de l’Artibonite sensibilisés sur la Covid-19

À l’initiative de l’union des coopératives agricoles du Bas-Artibonite, UCABA, plusieurs centaines de planteurs sont sensibilisés sur la pandémie de Covid-19, ses modes de transmission et les méthodes de prévention.

Gonaives, https://www.lemiroirinfo.ca, Jeudi 14 Mai 2020

«Ces agriculteurs qui sont pour la plupart déconnectés avec la réalité des grandes villes du pays, ont besoin d’une stratégie de sensibilisation adaptée avec leur mode de vie et de fonctionnement» a fait valoir le président  de l’UCABA, Evens Lorméus.

Au cours de ces séances de prévention en petits groupes, le jeune entrepreneur agricole en a profité pour exiger aux plus hautes instances de l’État de meilleurs accompagnements pour les agriculteurs.

«Nous sommes en pleine saison pluvieuse, c’est la période de la production. Les planteurs ont donc besoin de semences, d’engrais et d’autres accompagnements techniques de l’État, pour relancer la production rizière, particulièrement, au niveau de la Vallée» indique le numéro 1 de l’UCABA

En effet, Evens Lorméus, qui dit craindre une résurgence de l’insécurité alimentaire en Haïti, occasionnée par la pandémie de la Civid-19, encourage le ministre de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural à faire avancer le dossier de prêts aux bénéfices des planteurs, bloqués depuis des lustres au niveau de la Banque nationale de crédit.

«Si rien n’est fait pour une relance effective de la production agricole sur tout le territoire nationale, Haïti connaîtra, dans les mois à venir, la pire crise humanitaire de son histoire», prévient l’entrepreneur agricole.

En octobre 2019, le conseil national de sécurité alimentaire, (CNSA),  avait estimé à 4.1 millions le nombre de personnes en insécurité alimentaire pour la période allant de mars à juin 2020. Ces chiffres seront sans nul doute revoir à la hausse, exacerbés, entre autres par la dévaluation de la gourde par rapport au billet vert, la fermeture des marchés binationaux haitiano-dominicains et la baisse de la production agricole nationale.

La rédaction