«Nous protestons de toutes nos forces contre le projet de loi portant sur le nouveau code pénal» a écrit la CEH.

Les décrets et projets de loi controversés pris par le président Jovenel Moise suscitent des remous dans les différentes couches sociales haïtiennes. « Des anciens parlementaires, des pasteurs, des organismes des droits humains et des évêques catholiques d’Haïti» figurent parmi les secteurs qui élèvent la voix pour dire halte au locataire du palais national. En effet, la conférence épiscopale d’Haïti (CEH) a exprimé ses réserves et préoccupations dans une note émise, ce vendredi 3 juillet 2020.

Port-au-Prince, https://www.lemiroirinfo.ca, Vendredi 03 Juillet 2020

«Nous ne pouvons ne pas attirer l’attention de chaque compatriote sur les dangers qui risquent d’enfoncer beaucoup plus Haïti, et ses fils et ses filles, dans la confusion et le désordre. Il s’agit de certains articles du décret portant sur le Numéro d’Identification Nationale Unique et la Carte d’Identification Nationale Unique, et d’autres du Projet de Loi Portant sur le Nouveau Code Pénal. Dans ces décrets, des dispositions de certains articles touchant l’essence même de notre humanité, de notre culture, de notre foi et de notre société, ne devraient pas être promulguées sans une consultation préalable de ceux pour qui elles ont été élaborées» a écrit la conférence épiscopale d’Haïti.

Voici l’intégralité de la note :file:///C:/Users/Acer/Downloads/Note%20de%20la%20CEH%20relative%20aux%20derniers%20d%C3%A9crets-%203%20juillet%202020-4.pdf