A la une, Actualité, Art et culture

Cap-Haïtien / Culture: Danser le carnaval à Port-au-Prince était prévu d’avance

À moins d’un mois des festivités carnavalesques, les autorités étalent sur la table : le Timing est trop serré pour les préparatifs, la débandade que peut causer ‘’Savien’’ dans l’Artibonite à ceux qui utilisent la nationale #1 pour se rendre au Cap et à l’opposé, le piteux état du pont reliant Saint-Raphaël à Dondon, on n’en douterait pas, elles ont vraiment raison. 


Cap-Haïtien: www.lemiroirinfo.ca, 21 janvier 2020


Toutefois, quand elles donnent la garantie qu’une semaine après le carnaval national, le Cap-Haïtien organisera son ‘’carnaval régional renforcé’’, on est en droit de se demander est-ce que les difficultés précédemment évoquées seront résolues à coup de baguette magique?

Pour revenir sur les faits justificatifs avancés par le ministre démissionnaire de la culture et de la communication, Jean Michel Lapin, notre collaborateur Vercius Jean a été reçu en audience par la mairesse adjointe du Cap-Haïtien, Yvrose Pierre à l’hôtel de ville. 

En levée de rideau, la mairesse dont son mandat de 4 ans arrive à terme bientôt semble s’arranger du côté des autorités centrales pour confirmer que ‘’l’organisation du carnaval national à Port-au-Prince a été négociée avec les autorités municipales du Cap-Haïtien et accepté par le comité chargé d’organiser les festivités liées aux 350 ans de fondation de la ville et aux 200 ans de commémoration de la mort du Roi Henri Christophe’’ a rouspété la mairesse adjointe, Yvrose Pierre. 

‘’Le gouvernement n’a pas décidé unilatéralement de retirer l’organisation du carnaval national à la ville du Cap-Haïtien’’ s’exclame-t-elle en entrevue exclusive à notre collaborateur.

‘’Nous avons eu plusieurs échanges à ce sujet avec les concernés. Le premier ministre, Jean Michel Lapin a évoqué les problèmes logistiques, abordé les infrastructures routières et d’accueil pour les visiteurs’’ a rapporté Madame Pierre sous un ton peu convaincant. 

‘’L’état lamentable de l’axe routier Pilboreau-Vaudreuil et l’effondrement du pont reliant les communes de Saint Raphaël – Dondon représentent un handicap majeur pour faciliter l’accès aux participants à cette grande fête populaire’’ a évoqué Monsieur Lapin pour presser les autorités capoises à abandonner l’idée d’accueillir le carnaval national.

Enfin, pour compromettre toutes velléités qui pourraient se resurgir des capois têtus, le chef du conseil supérieur de la police nationale (CSPN) sort de sa manche le côté sécuritaire des festivités. Jean Michel Lapin estime que : ‘’Le gang  armé de Savien dans le département de l’Artibonite pourrait ‘’jouer le trouble fête’’ aux carnavaliers et visiteurs qui devraient emprunter la route nationale # 1 pour se rendre dans le Nord’’. 

Les autorités ont joué sur tous les fonds et utilisé tous les mots pour causer des maux aux capois. 

Pour l’instant, elles parlent du carnaval régional renforcé pour le Cap, en compensation du carnaval national promis. En quoi le carnaval de cette année va être différent des précédents? 

À qui profite le cumul de budget pour l’organisation des carnavals : national, communal et régional ?

Auteur: Vercius JEAN

%d blogueurs aiment cette page :