A la une, Actualité, Justice, Société, Sport

Cap-Haïtien/Justice : Lafortune Alouidor «de la prouesse footballistique à la prison» !

Condamné, le 7 février dernier, à passer 10 ans entre les murs pour viol suivi de grossesse de sa belle fille de 14 ans,  Dady a fait son nom dans le domaine footballistique Haïtien.

Cap-Haïtien, https://www.lemiroirinfo.ca, Dimanche 09 Février 2020

Lafortune Alouidor a été le «chouchou», l’admiré et l’idole des capois surtout des admirateurs ou des «djokannèl» du Football Club-Inter Association (FICA), de l’Association Sportive Capoise (ASC) et du Zénith Athlectic Club,  au niveau national et de la diaspora haïtienne entre les années 1991-2000.

L’homme qui commence déjà  à purger ses peines de 10 ans entre les parapets des murs du centre pénitencier de  Cap-Haïtien, a remporté deux titres avec le FICA du Cap-Haïtien entre les années de 1991-1995).

Il a remporté le tournoi «Guerre des Etoiles en 1993» avec le FICA et il a été sacré le meilleur buteur de cette compétition avec trois buts au compteur. Puis, il a été sacré champion national en 1994 dont il a été le remplaçant de Goldman Pierre.

En effet, Dady, a continué son aventure footballistique dans les rangs de l’adversaire de FICA. Il a rejoint l’association Sportive Capoise (ASC) en 1996 et il a été champion national en 1997.

Enfin, en 1998, Lafortune Alouidor, a offert ses services au Zénith Football Club où il a déposé définitivement ses crampons vers les années 2000 et s’est consacré à ses activités personnelles.

Voulant faire une carrière politique, Lafortune Alouidor, s’est porté candidat à la députation pour la circonscription de Cap-Haïtien , sous la bannière du Parti Fédéraliste, où il a été 19eme sur une liste partielle des candidats du conseil électoral (C.E.P), en avril 2015. Cependant, sa course dans la politique, a été écourtée après le rejet de sa candidature par le conseil électoral provisoire (CEP).

L’homme du ballon rond qui a connu des jours de gloire et d’admiration dans sa vie devra attendre jusqu’en 2028 pour retrouver sa liberté. Le cinquantenaire qui a été photographié, tout de suite après que sa sentence ait été connue,  avec sa tunique bleue,  ressemblait physiquement à quelqu’un dont sa santé serait vraisemblablement fragile.

La rédaction

%d blogueurs aiment cette page :