Cliquer pour écouter la Radio 
                         Cliquer pour écouter la Radio 

Covid-19 : «La sagesse humaine n’est rien que de leurre et celui qui rejette l’Absolu se contente d’une médiocrité tranquille» Justin Metellus

Justin METELUS

 Avec l’arrivée de l’humanisme, L’Europe du Nord qui était le foyer de la chrétienté par le moyen de la réforme  protestante a bifurqué vers l’autonomie par rapport à Dieu. L’Europe toute entière a revendiqué le surhomme de Nietzsche. Elle pense que l’homme pourrait partir du particulier pour créer le général.

Cap-Haïtien, https://www.lemiroirinfo.ca, Samedi 28 Mars 2020

Cependant l’occident s’est trompé. L’occident  est devenu ce qu’il est aujourd’hui par la science moderne grâce à des scientifiques comme Galilée qui n’ont pas  été pris au piège du modernisme scientifique et du naturalisme scientifique. Il faut dire en passant que le modernisme scientifique ainsi que le naturalisme scientifique prônent l’autonomie de la science. Les défenseurs de ces courants philosophiques ont oublié que la science et la religion sont deux instruments confiés à l’homme par la grâce pour sa réhabilitation.

Car, Francis Bacon, considéré comme le plus grand prophète de la révolution scientifique a dit: «La chute a dépouillé l’homme de son état d’innocence et de son pouvoir sur la nature mais il peut réparer cette double perte par la science et par la foi». Par cette déclaration,  le philosophe a montré que la science ne sera jamais autonome. Car elle est un don de Dieu à l’homme. Elle a été donnée pour permettre à l’homme de bien  jouer son  rôle comme dominateur de la nature.

L’homme a été créé pour dominer la nature. Mais par la chute, le contraire lui a été imposé. La nature a dominé l’homme  pendant toute une éternité. La science moderne a redonné à l’homme son droit de cité. Du 16eme au 20eme siècle, l’homme a tellement exploité l’univers qu’il se berce d’illusions d’être le maitre du monde. Ill a même pensé quitter la terre pour aller habiter une autre planète.  C’est comme le cas d’un gérant à qui, on remet  la garde de sa maison et on s’en va pour un pays lointain.  Le gérant a tout saccagé  et décide de partir pour aller construire sa propre maison ailleurs. Au moment où il veut s’en aller, le compte à rebours commence.

Qui aurait cru qu’une semaine suffirait pour faire descendre  Rome de son piédestal ,  pour fermer le portes du musée de Vatican qui reçoit des milliers de touristes par jour, pour mettre Colisée dans l’isolement , pour fermer les portes de l’aéroport de Milan dénommé «Malpensado», pour briser l’orgueil des romains vis à vis des africains qui entrent à Rome à la recherche du pain quotidien ?

Qui aurait cru pour porter les Romains, à bout d’espoir, à se tenir debout pour applaudir les cubains, fils d’un embargo vieux de plus de cinquante ans imposé pour la plus grande puissance capitaliste, les cubains qui sont venus en aide aux rescapés romains  du coronavirus?

Qui aurait  cru qu’une semaine suffirait pour porter l’Europe  à prendre conscience que les États unis ne sont pas vraiment de véritables alliés pour personne?

Qui aurait cru qu’une semaine suffirait pour porter les hommes à croire que quelques grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes? 

Qui aurait cru qu’une semaine suffirait pour faire taire toutes les menaces des  armes nucléaires   et porter les hommes politiques à  réfléchir de leur vie au point que le premier ministre  italien en versant de larmes  a dit: «Nous avons utilisé toutes nos sagesses, nos sciences  alors que nos morts jonchent nos grandes villes développées. Au désespoir de cause, que Dieu ait pitié de son peuple».

Qui aurait cru qu’une semaine suffirait pour porter les grands politiques et économiques à prendre conscience que l’argent ne suffit pas pour nous rendre heureux, il nous faut d’autres choses?

Je tiens à vous dire que ces autres choses ne s’achètent pas. Elles s’obtiennent gratuitement. Il nous faut seulement la volonté pour les obtenir : «la grâce, l’amour, la charité, le pardon mais le plus grand est la vérité. Elle est éternelle et elle conduit à la vie éternelle.

Cette semaine est un avertissement. Le jour du seigneur viendra. On sera dans l’étonnement.  Rien ne pourra vous aider. Faites un choix judicieux.

  Auteur : Justin Metelus Éducateur & théologien