Cliquer pour écouter la Radio 
                         Cliquer pour écouter la Radio 

Haïti/Kenscoff : 15 enfants d’un orphelinat en quête de survie péris dans un incendie

«L’incendie d’un orphelinat dans les hauteurs de Kenscoff  a provoqué le décès de 15 enfants dans la nuit du jeudi au vendredi 14 février 2020 dont 13 ont rendu l’âme par asphyxie à l’hôpital de Fermate» a expliqué la juge de paix, Raymonde Jean Antoine .

Port-au-Prince, https://www.lemiroirinfo.ca, Samedi 15 Février 2020

L’un des enfants témoin de ce sinistre a expliqué l’origine du feu suite à des bougies qu’ils ont allumées pour éclairer leur chambre, car, dit-il, que le système électrique était tombé en panne.

Les autorités haïtiennes ont annoncé l’ouverture d’une enquête pour élucider les causes de ce désastre et identifier les coupables.

Connaissant déjà l’état haïtien, lorsqu’ incident malheureux est produit, il y a toujours des shows médiatiques mais aucun suivi réel n’est pas souvent assuré pour mener les enquêtes à leur fin.

Me Guerby Blaise s’interroge sur les vraies prétentions des autorités judiciaires dont le Parquet de Port-au-Prince, qui, croit-il, mène des enquêtes intéressées dont sa conviction est déjà formée.

Quelle enquête ? Qui aurait affirmé l’ouverture d’une enquête judiciaire aux journalistes étrangers? Le tweet d’injonction du président de la République substituerait-il au rôle du parquet et du ministre de la justice et de la sécurité publique ?

Si enquête il y avait eu, le parquet n’aurait-il pas dû faire un point de presse le jour même de cet incendie au nom de la politique judiciaire et au nom des droits de l’enfant.

Un parquet pourrait-il être réduit à défendre exclusivement la politique de l’énergie électrique de l’État ? Pourquoi, au nom de la politique pénale gouvernementale, le ministre de la justice et de la sécurité publique n’a pipé mot immédiatement après ce drame?

Nos décideurs publics connaîtraient-ils vraiment leurs attributions ? Parleraient-ils et agiraient-ils toujours au bon moment? Serait-il le rôle du président de la République d’enjoindre les autorités à diligenter une enquête? Sinon, à quoi sert-il que le chef de l’État garde encore son ministre de la justice et de la sécurité, et pourquoi il ne fermerait pas ce parquet?

La Directrice du Bien-être social aurait-elle déjà donné sa démission après son affirmation sur le fonctionnement illégal de cette structure infantile sociale, et aurait-elle déjà fait l’objet d’une invitation du parquet pour entrave à la sécurité publique et aux droits supérieurs de l’enfant ?

Au final, parlerait-on de quelle justice ici en Haïti? L’État haïtien ferait-il tout pour chasser les compétences ou ignorerait complètement la gestion de la chose publique ?

Je verrai si des responsabilités administrative et pénale ne seraient pas engagées dans cette tragédie!