Cliquer pour écouter la Radio 
                         Cliquer pour écouter la Radio 

Haïti/Sécurité : Des ministères et directions générales vandalisés par des policiers du groupe «Fantôme509»

Crédit photo/ VOA

Des agents de la police Nationale d’Haïti (PNH) armés réclamant du groupe «fantôme509» ont vandalisé plusieurs institutions publiques dont les ministères de la justice, de l’intérieur, des affaires sociales, la générale de l’office nationale d’assurance et de vieillesse  (ONA) ainsi que la direction générale des impôts (DGI), ce mardi 10 mars 2020.

Port-au-Prince, https://www.lemiroirinfo.ca, Mardi 10 Mars 2020

Haïti/Sécurité : Des ministères et directions générales vandalisés par des policiers se réclamant du groupe Fantôme 509
Des agents armés de la police Nationale d’Haïti (PNH) se réclamant du groupe Fantôme 509 ont vandalisé plusieurs institutions publiques dont les Ministères de la justice, de l’intérieur, des affaires sociales, l’Office nationale d’assurance vieillesse (ONA) ainsi que la Direction générale des impôts (DGI), ce mardi 10 mars 2020.


Au cours de leur passage, ces agents encagoulés, armés et habillés en civil et en uniforme ont brisé les vitres de plusieurs véhicules immatriculés (officiel) et ont crevé les pneus de ces derniers. Ils ont tiré des gaz lacrymogènes pour forcer les employés des institutions publiques à rentrer chez eux.
En effet, les informations qui sont parvenues à la rédaction du journal ont fait savoir que nouveau Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Me Lucmane Delile a dû se cacher dans son bureau au moment de cette attaque.

En effet, les informations qui sont parvenues à la rédaction du journal ont savoir que ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Me Lucmane Delille a dû se cacher dans son bureau au moment de cette attaque.

Enfin, le premier ministre Jouthe Joseph, qui s’oppose catégoriquement contre la mise en place du syndicat de la police en se réclamant le premier des policiers, aurait convoqué, cet après-midi, une réunion urgente entre les grands commis de l’État afin d’adopter les mesures qui s’imposent.

La rédaction