Haïti-séisme du 12 janvier 2010 : 10 ans après, des témoignages émouvants et des souhaits pleuvent pour cicatriser les séquelles de ce cataclysme naturel

Des organismes internationaux, des professeurs d’universités, des journalistes, des défenseurs des droits humains, des anciens et des actuels dirigeants haïtiens ont chacun un mot à dire en ce dixième anniversaire du tremblement du 12 janvier 2010. Un choix sélectif a été fait des témoignages les plus émouvants les uns que les autres et ils ont été regroupés dans ce récit spécial.

Port au Prince, https://www.lemiroirnfo.ca, Dimanche 12 janvier 2020

 «J’ai reçu sous pli cacheté la proposition gagnante de l’appel d’offres pour la reconstruction du Palais national suite au concours lancé par le Groupe de travail et de réflexion pour la reconstruction du Palais national (GTRRPN) et l’UCLBP. Le gagnant sera dévoilé ce 12 janvier»- Président Jovenel Moise.

 «Accompagné de la Première Dame, Mme Martine Moïse, je participe à la cérémonie commémorative marquant le dixième anniversaire du tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a laissé des cicatrices profondes et ineffaçables dans la mémoire de tout un peuple.» Jovenel Moise.  

 « Si nous faisons les choses ensemble, il nous prendra moins de temps pour apporter ce changement tant convoité.» Michel Joseph Martelly; élu président en 2011

Laurent Lamothe a écrit sur son compte twitter : «Séisme de 38 secondes & 250.000 morts, ds familles dévastés, ds rêves gâchés et un pays à genoux! Ce 12/01 marque un tournant dans l’histoire de notre pays:10 ans déjà! Mes sympathies aux familles et amis qui ont tt perdu. Bravo & courage à tt ceux qui ont eu l’audace de reconstruire» Laurent Lamothe.

«10 Zan depi Nasyon an tonbe.10 Zan depi anpil pwoch nou ale. Nou pap bliye.Ann leve kanpe»!@DieudonneLuma

«Il y a ceux qui se souviennent et se recueillent vraiment et puis il y a ceux qui versent des larmes de crocodile parce qu’ils ont le ventre bien rempli jusqu’à l’indigestion des fonds de la reconstruction et de Petro Caribe». @RichardSenecal

«Pèlerinage sur la tombe de ceux avec qui j’avais rendez-vous le 12 janvier, 5h00 à la DGI. En matinée, Murray Lustin Jr. m’appela pour me dire qu’il a une réunion avec son Directeur général. J’avertis Joubert Charles pour lui dire que c’est reporté à mercredi. Si pour Joubert Charles et Murray Lustin Junior je peux me rendre sur leur tombe ce 12 janvier, dix ans plus tard, je me rends compte qu’il y a des amis proches dont j’ignore les lieux de sépultures. Je n’ai jamais osé demander aux survivants qu’avaient-ils fait des corps». @Frantzduval

«10 ans après, mon pays ne s’est toujours pas relevé de ce tremblement de terre dévastateur. J’ai aujourd’hui une pensée spéciale pour les centaines de milliers de victimes».@EdgardLeblanc

«Aujourd’hui, nous honorons la mémoire des centaines de milliers de personnes qui ont perdu la vie le 12 janvier 2010. Confronté à l’une des pires catastrophes naturelles de l’histoire moderne, le peuple haïtien a fait preuve de courage, de force et de détermination…» @OEAhaiti

«2/2 J’ai perdu l’amour de ma vie sous les décombres de la faculté de linguistique appliquée parce que l’état haïtien ne respecte pas les normes de construction de bâtiments et loge ses institutions n’importe où. J’aurais pu être une des victimes si je n’étais pas à Taiwan» @emmadouyon

«Jodi 12 janvye 2020  nou sonje! Mwen sot bay san Lakwawouj nan memwa tout moun ki te disparèt nan goudougoudou 12 janvye a. Yon panse espesyal pou tout moun ki te blese, estwopye ak tout sila yo ki twomatize akoz trajedi sa a.  Nou ankouraje tout sitwayen fè menm jès lanmou sa» @reginalboulos

«12 janvier 2010-12 janvier 2020 : Triste Commémoration! Une pensée spéciale à tous ceux victimes et traumatisés par cet horrible évènement. C’est révoltant que des leçons n’en furent pas tirées.  Est-ce une fatalité pour ce pays qui rate toujours toutes les opportunités et les grands rendez-vous historiques? Qui l’eut pensé? Que 13 janvier 2020 aurait occulté la profondeur de 12 janvier 2010. Est-ce une tradition avec laquelle on ne veut pas divorcer? Celle de rater les grandes commémorations. C’est avec le déchirement dans le cœur que je constate que l’intensité de 2010 n’a pas irradié 2020 au profit des intérêts collectifs.» Professeur Claude PÉAN

«10 ans après? Quel bilan ? On ne fait que pisser dans un violon. Aucun politique n’a présenté un projet inoffensif, les conservateurs se croyant à tort intellectuels n’ont fait aucune proposition incitative à la révolution académique; ils ont peur de la concurrence intellectuelle. On est tous des nuls, moi y compris» Professeur Guerby BLAISE

«Les autorités haïtiennes et les medias haïtiens devraient accorder un peu de temps à la formation de la population sur les comportements à adopter en cas de séisme. Le pays est très vulnérable aux catastrophes naturelles. Si les dirigeants ne font rien pour former la population, Haïti risquerait de subir un évènement similaire à celui au 12 janvier 2010. Car, toutes les conditions sont réunies. À ce que je sache un autre Haïti est possible, il ne faut pas attendre de l’aide des pays qui se disent être des bienfaiteurs. Il faut  agir avec les moyens dont on dispose pour ôter le pays dans ce bourbier où il se trouve; l’heure a sonné pour que chaque haïtien prenne conscience de son inaction.» Juriste, Wilfrid ORETIENNE

«Pou leta ayisyen pran bon jan mezi tankou , elabore yon plan pou finanse lojman sosyal, epi konsa , y’ap ka retire moun ki anba tant yo. Epi fòk kay k’ap konstri yo respekte nòm parasismik yo. Mwen kwe tou fòk kay sa byen pwop pou moun yo kapab viv byen e an bòn sante» Journaliste, Maquilene BAPTISTE

Auteur : Quetony SAINT-VIL

%d blogueurs aiment cette page :