*La face cachée des principaux acteurs de l’opposition de l’heure* : Une analyse de comportement des politiciens traditionnels haïtiens

L’opposition politique dans un pays aide la démocratie à se promouvoir si et seulement si les acteurs qui la composent sont sincères par rapport à leurs actes ou leurs démarches. Elle aidera à mieux comprendre les méandres du gouvernement en place par ses stratégies politiques et en mettre au courant la population qui saura elle-même comment se défendre au besoin.

Cap-Haïtien, https://www.lemiroirinfo.ca, Lundi 06 Juillet 2020

Par la force et la sincérité d’une opposition politique, le pouvoir établi s’oblige à se conformer aux prescrits des lois de peur qu’il ne soit avili et défié par l’émotion et l’irrationalité populaire. En effet, il est bon de rappeler que le concept « OPPOSITION POLITIQUE » ne se perçoit pas dans la vie politique de certains États, dits, États de Droit. C’est le cas des États-Unis d’Amérique où l’on accepte de préférence le dualisme politique « Démocrate/Républicain ».

Chez nous, l’opposition politique se confond avec le gouvernement. Par l’agissement de ses membres, elle n’inspire pas confiance à la population. De la chute des Duvalier en 1986 jusqu’au pouvoir de « nèg bannann », deuxième version PHTK, le jeu ou la stratégie des membres de l’opposition haïtienne laisse à désirer. En dépit des actions anti-démocratiques, des actes de corruption, de l’incompétence à outrance, de l’irrespect des institutions républicaines, de vols et de gaspillage des biens de l’État par le gouvernement en date, l’opposition haïtienne n’arrive pas toujours à séduire la population pour qu’elle puisse s’en révolter ou s’en soulever. Et cette classe politique, sans qu’elle le sache, travaille au lucre du pouvoir en place au mépris des expectatives du peuple.

À ce stade, les acteurs politiques haïtiens (Gouvernement/Opposition) se joignent dans leur mission consistant à s’enrichir par n’importe quel moyen sous les yeux d’argus de la population et sous ceux faiblards de la Justice. De notre démarche analytique, il se voit une confusion totale dans l’arène politique nationale : Les opérateurs économiques dominent inconditionnellement l’espace politique en conformité avec le comportement insouciant des dirigeants incompétents, en collaboration avec une classe opposante politique sans calendrier spécial.

Ainsi, s’unissent tous pour égorger les citoyennes et les citoyens conséquents piétinés par leurs propres choix électoraux si les élections s’organisent comme cela se doit, ou par la volonté manifeste de l’international en appliquant désespérément la politique d’immixtion soutenue par le Conseil Électoral Provisoire (*Le Conseil Electoral Permanent prévu par la Constitution en vigueur n’est jamais mis au pied*). En effet, ce que nous présentent les membres de l’opposition haïtienne n’est pas tel en réalité. Retenons quelques noms les plus cités et des actes de certains membres de cette classe politique pour mieux comprendre leurs stratégies ou

leurs techniques de jouer en même temps sur deux terrains en parallèle. Cela démontrera la face cachée de l’opposition farouche haïtienne de l’heure.

La liste est longue. Par ailleurs, nous n’envisageons que cinq acteurs opposants pour l’heure. Chacun d’entre eux a sa méthode. Chacun d’entre eux à sa manière de se faire connaitre et remarquer politiquement, en étant au service du pouvoir en place sans même le savoir. Ce sont : Évalière Beauplan, André Michel, Chiler Lindor, Youri Latortue et Jean-Charles Moïse.

 *Évalière Beauplan*

Le Sénateur Évalière Beauplan, par ses connaissances sur des affaires étrangères, soutient l’exécutif dans ses diverses erreurs diplomatiques. La consultation voilée du Sénateur Beauplan au gouvernement PHTK face au choix du Taïwan au rejet de la grande Chine, est sans précédente. Le discours public prononcé par ce sénateur, relatif au fonctionnement diplomatique d’Haïti, nous laisse comprendre que le parlementaire ayant avant tout appris la nouvelle du choix de l’État haïtien, en avait indiqué les conséquences dans le futur, mais minimisé par les autorités étatiques.

C’est le même cas de figure existant sur le vote d’Haïti contre le gouvernement de Vénézuela à l’Organisation d’État Américain (OEA). De-là, nous comprenons avec exactitude le rôle du sénateur Beauplan comme ancien président de la commission des affaires étrangères au Parlement haïtien. N’a-t-il pas été contacté par les représentants des deux pays avant le vote ?

 *André Michel*

S’autoproclamé « Avocat du peuple », maître André Michel est l’une des figures remarquables dans l’opposition haïtienne présentement. Son style de défense, pourtant, nous met en face d’un esprit se cachant méritoire d’être compris autrement. Dans ces divers plaidoyers tant dans les médias traditionnels que sur les réseaux sociaux, maître André Michel défend le gouvernement volontairement ou involontairement.

C’est l’avocat André Michel, à côté de ses pairs en politique, qui permet aux autorités de l’État haïtien de remarquer leurs erreurs, notamment au cours du mouvement dit  » *pays lock* ». La fusillade des manifestants dans les rues, l’instrumentalisation et la politisation de la Police Nationale d’Haïti, l’intervention malhonnête des mercenaires ; tous, orchestrés par l’Exécutif, ont été dénoncés par plus d’un, dont l’avocat André Michel. Mais ce qu’il faut en tout cela comprendre, c’est que cet avocat, mettant de côté le décret du 29 mars 1979, régissant l’activité des Avocats, cherche à tout expliquer aux membres du gouvernement pour leur permettre de se ressaisir. Mais, malheureusement, ce gouvernement n’entend jamais raison et s’occupe quotidiennement de ses affaires de corruption.

 *Schiler Louidor*

Reconnu pour sa verve facile, son sens d’humour et d’ironie politique, docteur Schiler Louidor est à la fois porte-parole de l’opposition démocratique et celui du gouvernement en place. Cette logique peut cependant paraître controversée dans la mesure où elle dévisage le docteur politicien. Plusieurs considérations à ce propos peuvent expliquer la réalité des faits.

A chaque fois s’annoncent des manifestations anti-PHTK, docteur Schiler Louidor, organe de l’opposition, adresse le message à la population pour qu’elle puisse savoir le comportement à adopter en la circonstance. C’est encore ce même docteur qui indique aux autorités de l’État haïtien comment se conformer face à la colère populaire dans les manifestations. Ce double jeu, n’est jamais au profit des citoyens qui en sont toujours victimes de la part d’un groupe se disant leur protecteur et encadreur.

 *Youri Latortue*

Réputé l’homme du dossier, l’ex-président de l’Assemblée nationale et de la commission d’éthique et d’anti-corruption du Grand Corps, le Sénateur Youri Latortue est le premier cerveau de l’opposition haïtienne du moment. Durant cette dernière décennie, l’homme fort de l’Artibonite se révèle imbattable et incontournable en matière d’enquête et des dossiers sensibles. Même quand quelquefois, les preuves avancées par le sénateur-enquêteur sont réfutées par ses adversaires, il reste à le désigner comme quelqu’un ayant un amour incommensurable pour ses activités.

Cependant, la compétence intellectuelle du Sénateur Youri Latortue se partage entre l’opposition haïtienne à laquelle il appartient et le gouvernement pour lequel il s’argumente quotidiennement. Ce paradoxe s’intensifie par rapport à son attitude entre le pour et le contre ou le oui et le non. Donc, nombre de dossiers sensibles soulevés ou révélés par le sénateur, orientent l’opposition dans sa stratégie de combat anti-PHTK, et aident à ce dernier à réparer ses erreurs en matière de gestion de la chose publique.

 *En voici quelques exemples*

Le Sénateur Youri Latortue a dévoilé les actes lus plus ignobles du gouvernement en place, ayant pour effets de déstabiliser la République d’Haïti toute entière. Du dossier « PetroCaribe » en passant par celui de la ‘’Caravane du changement’’ « la Carte DERMALOG », « SOFIDAI », « Kabrit amelyore » jusqu’à celui de « GOVANY MULTI-SERVICES » et la dénonciation de différents décrets pris par l’exécutif de manière illégale ; le Sénateur Youri Latortue est utile aux deux camps :

 *1- À l’opposition*

Il permet à cette classe politique de mieux s’informer des fraudes administratives du gouvernement. Il lui permet de mieux s’argumenter pour affronter les pro-PHTK dans le cadre des débats radiophoniques, télévisés, et autres. Il permet également à la population haïtienne de voir la source de leur misère et du sous-développement du pays.

 *2- Au gouvernement*

Avec les enquêtes et les déclarations du Sénateur Youri Latortue, certaines erreurs commises par les dirigeants de l’État haïtien sont réparées. Si elles ne subissent pas les effets dont on parle, certaines d’entre elles sont déviées au passage. Ainsi, le gaspillage des fonds de la ‘’Caravane du changement’’ se répète en cachette, le dossier du fond « PetroCaribe » est enterré. Pour ne plus en parler, des hommes et des femmes sont tués, emprisonnés. Des institutions chargées de fournies des informations y relatives constatent désespérément diminuer leurs allocations budgétaires. C’est le cas de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSP/CA) dont le budget est passé de 0.8% à 0.5 %. (Respectivement, budget 2018-2019, 2019-2020).

On entend plus parler de « SOFIDAI » et des « Kabrit amelyore ». Ces dossiers sont traités en sourdine. Le « DERMALOG » est sensiblement rectifié par le gouvernement, alors que l’argent décaissé pour cette transaction part dans les fumés de la corruption. Et quant aux différents décrets illégaux, par le plaidoyer du Sénateur, certains sont rectifiés pour des erreurs matérielles et d’autres sont publiés presque en clandestinité pour n’être pas su par la population.

Donc, le Sénateur Youri Latortue est un très grand joueur sur le terrain de la politique nationale. Il sait quand, comment, où adresser un dossier et quand, comment, où passer d’un camp à l’autre.

*Jean-Charles Moïse*

Qualifié d’incorruptible et d’adversaire farouche du pouvoir PHTK, Jean-Charles Moïse, trois fois Maire de Milot, ancien conseiller présidentiel, ancien Sénateur du Nord, est un poids lourd dans la balance de la politique haïtienne. Cette figure référentielle a toujours été et est toujours une voix dans la vaste mobilisation anti-PHTK durant cette dernière décennie. Par ailleurs, malgré sa position politique, il est quelqu’un qu’il faut voir à l’aide d’un troisième œil. Ceux dans la politique haïtienne qui sont pétris, le voient comme un agent double compte tenu de son comportement affiché dans certains dossiers et certaines réalités.

Comme prophète politicien haïtien, Jean-Charles Moïse s’apprête toujours à annoncer ce qui va se passer ou se faire négativement dans le pays. Sa prophétie se déclenche vers le désarroi populaire. Il est toujours question pour lui d’augurer le mauvais côté de la vie nationale, mais jamais capable de redresser par sa vision la barque fragile de la République. N’était-ce pas Jean-Charles Moïse qui révélait la question de double nationalité de l’ancien Président de la République, son Excellence Monsieur Joseph Michel Martelly ? N’était-ce pas le Sénateur Jean-Charles Moïse qui annonçait la dévalorisation accélérée de la gourde face au dollar américain ? N’était-ce pas lui qui dénichait le dossier « PetroCaribe » pris en charge par la Commission d’éthique et d’anti-corruption du Grand Corps ? N’était-ce pas lui qui précisait la déception d’Haïti à l’égard des autorités étatiques du Vénézuela en choisissant d’être contre le gouvernement Nicolás Maduro Moros à OEA ? Oui, l’ancien Maire de Milot a permis à la population haïtienne d’être au parfum par sa prophétie de ce qui arrivera au pays politiquement, socialement et économiquement.

Or, c’est ce même prophète politicien aidant le pouvoir en place à ne pas être sombré face à la colère populaire. Son service pour l’opposition est impayable en matière de lutte rurale, urbaine et de stratégie de combat politique. Ce même service se voit par le même œil à la déférence du pouvoir PHTK. Pour l’opposition radicale, le Sénateur peut tout faire et tout dire. Pour le gouvernement en place, il peut tout réserver et épargner.

Toujours au profit du gouvernement, peut-être sans le savoir, le conseiller Jean-Charles Moïse donne de très grandes prestations. Il voit de mauvais ton certains acteurs de l’opposition et s’attaque quelquefois à leur prise de position. Ce qui désunit, affaiblit l’opposition, unit et fortifie le gouvernement en place. Par son égo d’homme, il refuse de collaborer avec les autres membres de l’opposition et veut qu’il soit glorifié par la population, ce qui donne de grands avantages au gouvernement. N’est-il pas celui qui répète constamment dans les médias et sur les réseaux sociaux, avoir dit aux autorités de l’État de faire ceci ou cela ? Mais, malheureusement il n’est pas dès fois écouté par ses opposants. Donc, le Secrétaire général du parti politique « Pitit Dessalines » est un agent qui s’autodétruit.

En effet, ces cinq politiciens soumis à des considérations analytiques, ne sont pas les seuls à avoir ces genres de comportement et de tempérament en politique. Nombreux sont comme eux et ne s’échappent pas au jeu de double visage au mépris de la revendication du peuple haïtien. Ils s’enrichissent dans le malheur, dans la misère des citoyennes et citoyens. Ils font montre au peuple de ce qu’il aimerait voir, c’est la pure théorie du mensonge. Ainsi, entre les membres du gouvernement et ceux de l’opposition, le combat pour la prise de pourvoir politique continue au détriment du peuple haïtien.

Le gouvernement en place, élément fondamental de la corruption et de la médiocratie représentative. L’opposition haïtienne, vecteur de la situation macabre de la population. Le secteur privé et l’international, carrefours du sous-développement national.

Que le peuple se réveille acceptant de se former pour savoir rejeter des ennemis-amis et guérir les plaies de la déception de son choix électif.

Auteur: Delcarme BOLIVARD, Av.MA

%d blogueurs aiment cette page :