Cliquer pour écouter la Radio 
                         Cliquer pour écouter la Radio 

Quand les Sénateurs n’acceptent pas de jouer perdants

Un tiers des Sénateurs dont leur accès au Parlement a été révoqué au deuxième lundi du mois de janvier 2020 et que leur interprétation de la loi électorale de 2015, prouve le contraire ne veulent pas jouer perdants. 

Montréal, https://www.lemiroireinfo.ca, 20 janvier 2020

Dans un message adressé aux twittosphères au matin du 13 janvier 2020, le président Jovenel Moïse a fait savoir à ce groupe de Sénateurs que leur lecture est très erronée. Par conséquent, ils sont sur la touche et leur absence au Parlement a causé sa caducité. 

‪Ce groupe composé de plusieurs hommes (Jean Mari Salomon, Onondieu Louis, Youri Latortue et Jean Renel Sénatus) qui lisent et interprètent les livres et principes juridiques entendent montrer au président Jovenel Moïse qu’il ne peut pas interpréter les lois républicaines à sa convenance. 

Ne voulant pas quitter bredouille le Parlement, Jean Mari Salomon, Patrice Dumont, Youri Latortue, Willot Joseph, Dieupie Chérubin, Nenel Cassy, Dieudonne Luma Etienne, Jean Renel Sénatus entre autres, frappent à toutes les portes, envoient des correspondances partout et sifflent même au prétoire de la justice haïtienne et du CEP.‬ 

Pour gagner cette bataille qui s’annonce un peu longue, ces parlementaires ne veulent rien négliger et sortent déjà des artilleries lourdes en informant leurs homologues à travers le monde. 

En ce sens, ils ont écrit au Parlement européen, au Parlement Andin, à L’Union inter Parlementaire, au Bureau d’Observateur Permanent de l’Union Interparlementaire et à l’Assemblée des Parlementaires Francophones.

Après avoir fait le tour du monde pour rallier leurs homologues à leur cause, ils ont aussi saisi le tribunal Correctionnel contre le président Jovenel Moïse. Les plaignants requièrent ainsi la destitution, la dégradation civique et une peine de prison ferme pour le Chef de l’État.

 Ils ont arpenté les couloirs de tous les médias traditionnels, envahis les réseaux sociaux et enfin, ils ont même été au bureau du Conseil électoral provisoire pour se plaindre. 

Ces parlementaires se retrouvent seuls et sans l’appui populaire pour avoir épuisé soit leur mandat et/ou une grande partie de leur mandat sans se soucier de la cause de la masse populaire. Ainsi, : « Qui ne pense qu’à soi quand la fortune est bonne, dans le malheur n’aura plus d’amis. »

Pressés pour aller travailler pour le compte de leurs mandants, plusieurs d’entre-eux ont été au Parlement ce lundi 20 janvier 2020 et prennent place en tant que Sénateurs en fonction comme si rien n’était. Pour combien de temps vont-ils continuer à siéger, auront-ils leur salaire et privilèges ? 

L’avenir dira le reste…..

Auteur: Patrick Mackintosh Jean

%d blogueurs aiment cette page :